Juil 16th

La colère fait mal

Près d’un européen sur cinq souffre de douleur chronique alors qu’en France 12 millions de personnes sont concernées. Quand la douleur physique fait mal, la souffrance psychique se surajoute.

  • Sentiment d’être isolées, souvent désespérées, les personnes sujettes à la douleur chronique en viennent à penser qu’elles sont un fardeau pour leurs proches. La douleur contrôle l’existence de ceux qui souffrent, elle s’infiltre insidieusement dans tous les pans de vie. Nécessité de s’adapter en permanence, peut-être d’arrêter son travail, de ne plus pouvoir vivre ses activités sportives ou de loisirs comme avant, impression de ne plus faire une différence dans la société ou au sein même de la famille, les personnes sont, contre leur gré, amenées à faire le deuil de leurs capacités d’hier et d’un corps qui ne fonctionnera plus de la même manière. Tout est ébranlé en cascade : le sommeil est fragilisé, les relations sociales, familiales, dans le couple sont altérées et les conversations s’organisent souvent autour d’un même thème : la douleur. Tout cela peut entraîner une dépression, de l’anxiété ou de la colère.
  • Quand les émotions s’en mêlent

  • Les émotions et les pensées reliées à la douleur peuvent se conjuguer à l’expérience de la douleur et l’aggraver. Le « cycle de la douleur » témoigne du cercle vicieux : la douleur entraîne une tension musculaire qui engendre colère/frustration, puis stress/anxiété/peur, qui amène à la dépression, source d’une grande fatigue alimentant la souffrance physique et psychique. On a le sentiment, alors, qu’on ne pourra pas s’en sortir. « Je veux retrouver ma vie d’avant », « c’est injuste, personne ne devrait vivre cela. » Si la colère est totalement légitime dans ce vécu, on a observé qu’elle est un frein important à l’efficacité des traitements tant médicamenteux que psychologiques, qu’elle soit exprimée ou réprimée. En psychothérapie, le travail consiste à accompagner le patient manifestant de la colère à la transformer en colère « bénéfique », favorisant l’adaptation et des comportements plus efficaces pour la gestion de la douleur. Lutter contre la douleur ne fonctionne pas et ne fait qu’augmenter la colère et l’insatisfaction. Il faut donc développer une nouvelle gamme d’attitudes visant à permettre au patient de retrouver un équilibre par le contrôle de son existence.
  • S’adapter à une nouvelle réalité

  • Les différentes recherches dans l’accompagnement de la douleur ont permis de démontrer que plus la colère est intense, plus la douleur l’est également. Le seuil de tolérance à la souffrance est plus réduit, et nos capacités à auto-gérer la souffrance plus compliquées à mettre en œuvre. Au-delà de la colère, il n’est pas rare que la personne éprouve d’autres émotions comme la peur, la tristesse, le désespoir, la culpabilité, etc. Il est indispensable de l’ouvrir à d’autres paysages émotionnels que celui de la colère afin qu’elle se réapproprie son histoire dans son entièreté et qu’elle puisse ressentir autre chose. « On ne peut soigner que ce que l’on reconnaît », dit le psychiatre français Christophe André. La nécessaire démarche d’adaptation à la nouvelle réalité de la douleur chronique va devoir solliciter d’autres façons de se penser : le corps ne peut plus faire ce qu’il faisait avant, mais il peut faire autre chose, autrement. Se fixer des objectifs et des attentes réalistes permet de restimuler la confiance en soi au travers d’activités accessibles. Différentes pratiques apporteront un mieux-être à tous points de vue, en favorisant notamment la détente musculaire, comme pour la relaxation. La méditation de Pleine Conscience apprendra à cohabiter avec la douleur et à fixer moins sur elle.
  • Les émotions éprouvées en cas de douleur chronique sont légitimes, il ne s’agit surtout pas de les nier. En revanche, faire en sorte qu’elles n’entravent ni la recherche de mieux-être ni les traitements médicaux est tout-à-fait essentiel.
  • Infos pratiques :

  • www.douleurchronique.org « La douleur » de Marie-Josée Rivard
  • « Méditer jour après jour » de Christophe André – Ed. L’Iconoclaste

 

logo-savoies-atives-mag

Comments are closed.

EVENEMENTS :

« Cultiver sa présence dans la relation », séminaire-retraite du 22 au 24/06/18 à Montagnieu (01)

LIRE LA SUITE
  • Les articles

    Tous les articles
  • COPYRIGHT © nolwennhurart.COM - Webmaster Abc Info
    Site réalisé par