Juin 9th

Si dire « merci » est la plus élémentaire des convenances, c’est aussi un prodigieux sésame de transformation intérieure. Ceux qui font preuve de gratitude se disent et se ressentent plus heureux dans la vie.

Chris Peterson, professeur de psychologie à l’université du Michigan, a demandé à ses étudiants d’écrire régulièrement une «lettre de gratitude» à ceux qui comptaient dans leur vie. Son étude a montré que ces devoirs faits à la maison procuraient un mieux-être durable aux étudiants. «Ils étaient 100% à se sentir plus heureux», affirme-t-il. En poussant l’expérience plus loin, Peterson a démontré que le fait de lire à haute voix cette lettre à la personne concernée augmente le sentiment d’être heureux. Avec un effet boule de  neige garanti : celui qui est remercié se sent valorisé, reconnu dans sa valeur et  renvoie à l’auteur un message gratifiant à son tour.

Un toit sur la tête

Alors que nous passons une grande partie de notre existence à juger, critiquer, évaluer nos manques et nos insatisfactions, la perception du verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide permettrait de limiter nos frustrations et de nous rendre plus optimistes. « Se réjouir de ce que nous considérons comme des acquis : une famille, un toit, une bonne santé, nous fait apprécier notre vie », constate Phillip Watkins, chercheur à l’université de psychologie de Washington. Nous prenons alors conscience de ce que nous avons au détriment de ce qui nous manque. Et cette position peut bien changer le cours de notre existence : ceux qui éprouvent une gratitude consciente reconnaissent que leurs plus grandes sources de satisfaction ne sont pas matérielles

Consentir à ce qui est

La gratitude ne vient pas éliminer nos émotions négatives à coups de baguette magique mais nous invite à stimuler nos émotions positives en considérant objectivement nos chances. Robert Emmons, professeur de psychologie de l’université de Californie s’est intéressé à la gratitude présente au cœur de toutes les sagesses et des spiritualités. Il a observé que les personnes habitées par une foi profonde sont plus heureuses que les autres, parce qu’elles sont engagées davantage que les non-croyants dans la gratitude. Le consentement à ce qu’il advient, l’acceptation de tout ce qui est, l’agréable comme le déplaisir, la pleine conscience de l’ici et maintenant guérissent les maux de notre condition humaine. « La gratitude se réjouit de ce qui a lieu, ou de ce qui est, elle est ainsi l’inverse du regret ou de la nostalgie, qui souffrent d’un passé qui ne fut pas, ou qui n’est plus, comme aussi de l’espérance ou de l’angoisse, qui désirent ou craignent […] un avenir qui n’est pas encore, qui ne sera peut-être jamais, et qui les torture pourtant de son absence, » , écrit André Comte-Sponville dans son Petit Traité des grandes vertus. Savourer pleinement les bons moments, s’arrêter et s’imprégner d’un beau paysage, déguster à petites gorgées une tasse de thé fumant, donnent le sentiment d’être privilégiés, de moins souffrir de l’existence.

Training du cœur

Eprouver de la gratitude s’entraîne. Comme un muscle. Même si au départ, on fait « comme si » on ressentait cela, progressivement on observera que ce sentiment est profondément sincère et qu’il vient du cœur, pas de la tête. Peterson avoue avoir eu lui-même beaucoup de mal à faire l’exercice de la lettre de gratitude : « j’ai essayé, encore et encore, jusqu’à ce que, un jour, je sente que ce que j’écrivais partait du cœur… ». Quelques « trucs » pour  vous aider à stimuler ce sentiment : défaites la pelote de laine de votre vie et constatez les éléments positifs de votre existence. Le soir, avant de dormir, déroulez le calendrier des événements agréables, les cadeaux de votre journée. Développez, du mieux que vous le pouvez, un regard neuf sur les choses, en taisant vos vieilles habitudes de fonctionnement. Attention à l’envie, à la comparaison et à la jalousie. Acceptez d’avoir à traverser des moments difficiles, accueillez vos émotions ;  la colère, la tristesse, la déception, acceptez qu’elles fassent partie de votre vie du moment sans chercher à les combattre ni à vous prélasser dedans. Acceptez qu’elles soient là, c’est tout. Et dites merci, simplement, à la boulangère qui vous gratifie d’un beau sourire !
 

 



Comments are closed.

EVENEMENTS :

« Cultiver sa présence dans la relation », séminaire-retraite du 22 au 24/06/18 à Montagnieu (01)

LIRE LA SUITE
  • Les articles

    Tous les articles
  • COPYRIGHT © nolwennhurart.COM - Webmaster Abc Info
    Site réalisé par